En octobre dernier, l’Institut français d’opinion publique (Ifop) publiait une étude au sein de laquelle Cavaillon apparaissait comme une des 13 villes de plus de 20 000 habitants pouvant être conquises par le Front national lors des municipales de 2014. Au regard du résultat local des législatives de juin dernier, 111 voix d’écart en faveur du candidat UMP (50,67 %), la course à la mairie s’annonce effectivement serrée.

Premier magistrat depuis 2008, le député Jean-Claude Bouchet aura comme principal challenger un nouveau venu sur les terres électorales cavaillonnaises. Thibaut de La Tocnaye (FN), candidat dans la 1 re circonscription de Vaucluse en juin 2012, tentera d’atteindre une majorité sur laquelle avait buté le frontiste, engagé au Thor en 2014. À côté de ces favoris, l’incertitude règne à un an de l’échéance. Pour le centriste Christophe Lombard, se déterminer si tôt  Émile Cavasinone serait pas raisonnable, mais il n’exclut pas de se présenter. Son résultat au dernier scrutin législatif (3,31 %) le fera peut-être douter de l’opportunité d’une telle démarche.

L’aile gauche de l’échiquier politique local risque pour sa part d’avoir du mal à se mêler à la lutte pour la victoire. Elle comptera probablement pour cela sur Christian Morand (16,78 % en 2008), élu en novembre à la tête de la section locale du Parti socialiste (PS). De son côté, Alain Attard, sans étiquette depuis sa rupture avec le PS en 2008, se dit ouvert au dialogue, mais encore indécis quant à la forme de son engagement.

Source : ledauphine.com